L'héritage de la recherche


Tout a commencé dans une petite ferme en 1900. Des milliers de brevets et même deux prix Nobel plus tard, le laboratoire de recherche mondial de GE continue de nous proposer de nouvelles technologies. Renseignez-vous sur le premier laboratoire de recherche de GE et sur comment il est devenu une institution planétaire.

GE a ouvert le premier laboratoire de recherche et de développement industriel aux États-Unis en 1900. Il se trouvait dans la grange du chercheur Charles Steinmetz et comptait trois employés.

L'histoire de la recherche mondiale chez GE

Charles Proteus Steinmetz, un scientifique déjà reconnu dans l'industrie, travaillait fort chez GE comme ingénieur-conseil en chef. Après des années d'efforts de persuasion, Steinmetz a convaincu la direction de GE de la nécessité de posséder un laboratoire de recherche pour maintenir sa longueur d'avance dans les secteurs de l'éclairage et de l'électricité, ainsi que pour découvrir de nouveaux domaines à développer.

Elihu Thomson, l'un des fondateurs de l'entreprise, a résumé la mission du laboratoire ainsi : « Il me semble qu'une entreprise de la taille de la Compagnie Générale Électrique ne devrait pas rater l'occasion de continuer d'investir et de travailler dans de nouveaux domaines : il doit vraiment y avoir un laboratoire de recherche axé sur les applications commerciales des nouveaux concepts et même la découverte de ces concepts. »

Charles Coffin, le premier PDG de GE, a accepté, et le laboratoire de recherche de GE a vu le jour dans la grange de Steinmetz. Willis Whitney, un jeune professeur de chimie du MIT, qui avait déjà réalisé des expériences pour GE, a été invité à en devenir le premier directeur.

L'un des premiers projets du nouveau laboratoire a été de défendre le principal actif de la compagnie – l'éclairage à incandescence – en passant par l'innovation. En 1908, le chercheur de GE William Coolidge a inventé le filament de tungstène ductile qui a rendu la lampe à incandescence de GE beaucoup plus durable que sa version originale. Cette invention a renforcé le leadership technologique de GE sur le marché et démontré parfaitement le rôle du laboratoire de recherche de GE — en mettant en marché l'innovation.

Au fil des années, le laboratoire de recherche a proposé plusieurs technologies aux clients de GE. Pendant ce temps, les chercheurs de GE ont accumulé des milliers de brevets et deux prix Nobel : Irving Langmuir a obtenu le prix Nobel de chimie en 1932 et Ivar Giaever le prix Nobel de physique en 1973.

Aujourd'hui, chez GE, la recherche mondiale c'est plus de 3 000 employés travaillant dans quatre installations de pointe : Niskayuna, New York (à quelques kilomètres de la grange originale), Bangalore, Inde (ouvert en septembre 2000), Shanghai, Chine (ouvert en octobre 2003), et Munich, Allemagne (ouvert en juin 2004).

Même si Steinmetz et Whitney pourraient ne pas reconnaître les installations d'aujourd'hui, ils seraient sans doute tout à fait en accord avec la mission du laboratoire – stimuler la croissance de GE en offrant des technologies novatrices au monde.